QUI SOMMES-NOUS ?

MILLE SEPT SANS est une association fribourgeoise à but non lucratif, de sensibilisation contre le harcèlement de rue. Fondée au début de l’année 2015, elle est composée de bénévoles.

MILLE SEPT SANS propose des informations, des conseils et des témoignages dans le but de prévenir, sensibiliser et guider les Fribourgeois(e)s intéressé(e)s par le phénomène et/ou victimes de harcèlement de rue. Nous pensons que le harcèlement de rue doit cesser et être systématiquement pointé du doigt.

Nous nous mobilisons contre le harcèlement de rue à Fribourg. Nous dénonçons un phénomène qui crée un climat de malaise voire d’insécurité dans les lieux publics.

LE HARCELEMENT DE RUE

C’est quoi le harcèlement de rue ? Pour le savoir, il faut d’abord définir le harcèlement.

La définition pompeuse du Larousse :

Harceler v. : 1soumettre quelqu’un, un groupe à d’incessantes petites attaques, 2soumettre quelqu’un à des demandes, des critiques, des réclamations continuelles, 3soumettre quelqu’un à de continuelles pressions, sollicitations.

Les mots à retenir dans cette définition sont « continuels » et « incessants ». Lorsque l’on parle de harcèlement de rue, il ne s’agit pas d’actions individuelles, ni de harceleur au singulier, mais bien de plusieurs actions qui sont perpétrées par plusieurs personnes différentes dans une durée limitée.

Mais alors quelle est la différence avec le harcèlement de rue ?

Il n’existe pas de définition établie du harcèlement de rue car c’est un phénomène qui a été mis en lumière récemment. Nous allons donc vous donner notre définition :

Le harcèlement de rue, c’est :

« Une sollicitation non désirée d’un individu A à l’encontre d’un individu B. Cela se manifeste sous la forme de gestes, de paroles, de regards, de bruitages gênants, de manière répétée, qui dénigrent ou réduisent les individus à un statut d’objet. Le harcèlement de rue s’étend au-delà de la rue et prend place dans les transports publics, les commerces, les lieux de passages et de rassemblements, les bars,… Toute sollicitation à caractère sexuel relève aussi du harcèlement de rue. »

Le harcèlement de rue contribue à instaurer un climat d’insécurité dans les lieux publics. Les individus ont tendance à adapter leur comportement, leur trajectoire et/ou leur apparence, de peur de subir du harcèlement de rue. Tous les lieux publics devraient être ouverts à toutes et tous, sans la crainte de subir du harcèlement. Ne pas dénoncer le harcèlement de rue contribue à sa banalisation.