Agir activement

  1. Seul.e* ou en groupe, je ne harcèle pas.
  2. Je désapprouve toute situation de harcèlement de rue que je vois ou dont j’entends parler.
  3. Si la situation le permet, je défends, je soutiens, je protège la personne qui subit du harcèlement.
  4. Je parle de ce que j’ai subi autour de moi ou de ce dont j’ai été témoin.
  5. Je sensibilise mon entourage à la prévention contre le harcèlement de rue.

En d’autres termes: 

Si je suis témoin:

Lorsque je suis témoin d’une action qui s’apparente à du harcèlement de rue, j’agis, je sors du silence, je viens en aide à la personne harcelée OU je n’hésite pas à dénoncer le vocabulaire, le comportement, les actes de mes ami.e.s*, mes connaissances ou les membres de ma famille qui pratiquent une forme de harcèlement de rue. 

Les espaces publics sont des espaces partagés. Il va donc de soi que le fardeau lié au harcèlement de rue soit lui aussi partagé. Le vivre ensemble est bénéfique à tou.te.s*, il incombe donc à tou.te.s* d’être pro-acti.f.ve.s* et bienveillant.e.s* afin de faire disparaître le sexisme et le patriarcat des espaces publics partagés.

Si je harcèle:

Pour stopper le harcèlement de rue, il est nécessaire de sensibiliser les personnes qui harcèlent, aux conséquences et aux mécanismes d’une telle pratique, afin qu’elles cessent de perpétuer cette forme de sexisme et de patriarcat. Sensibiliser c’est en parler. En parler, c’est agir. Toute l’attention devrait être portée sur les personnes qui harcèlent et plus du tout sur le comportement, la tenue vestimentaire ou le sourire des personnes qui en subissent.

Si je subis du harcèlement de rue: 

Sensibiliser tout un chacun, mais plus particulièrement les personnes qui sont les plus susceptibles de subir du harcèlement de rue (femmes, personnes LGBTQIA+, personnes issues d’autres minorités), c’est lutter contre sa banalisation et c’est pointer du doigt qu’il s’agit d’une pratique sexiste et patriarcale. Sensibiliser les personnes harcelées, c’est leur donner des outils pour s’émanciper du sexisme et du patriarcat qu’elles subissent.

Que dit la loi?

[N.b. utilisation du mot « victime », car contexte juridique]

En Suisse, il n’est pas possible de porter plainte contre les personnes qui pratiquent le harcèlement de rue. Le code pénal suisse ne prévoit pas ce cas de figure. Toutefois, il existe des articles de loi en cas d’agression verbale, agression physique, agression à caractère sexuel et viol.

En cas d’agression verbale : insulte, menace, injure, tentative de contact physique

126 (numéro d’article) CP (Code Pénal)

  • 126 CP « voies de fait »
  • 177 CP « injure » (attention, si je provoque quelqu’un pour qu’il m’injurie, c’est nul OU si quelqu’un m’injurie, mais que je réponds par une autre injure, c’est nul)
  • 198 CP « contravention contre l’intégrité sexuelle » (paroles grossières)
  • 261 CP « atteinte à la liberté de croyance et des cultes »
  • 261bis CP « discrimination raciale » (dont islamophobie)

En cas d’agression physique : il y a un contact physique

  • 123 CP « lésions corporelles simples »
  • 126 CP « voies de fait »
  • 134 CP « agression »
  • (Art. 259 CP « provocation publique au crime ou à la violence » (y a la notion autrui dedans))
  • (Art. 260 CP « émeute »)

En cas d’agression à caractère sexuel 

  • 189 CP « atteinte à la liberté et à l’honneur sexuels »
  • 193 CP « abus de la détresse »
  • 194 CP « exhibitionnisme »
  • 198 CP « contravention contre l’intégrité sexuelle »

En cas de viol, si vous êtes une femme, une personne trans*, une personne intersexe, veuillez contacter:  

VIOL SECOURS,

Place des Charmilles 3
1203 Genève (Suisse)

+41 (0)22 345 20 20

info@viol-secours.ch

OU

Le centre de consultation LAVI pour les femmes / Solidarité Femmes Opfer-Beratungsstelle für Frauen / Frauenhaus

Case postale 1400

1701 Fribourg

026 322 22 02

info@sf-lavi.ch

 

En cas de viol, si vous êtes un homme, veuillez contacter:

Le centre de consultation LAVI pour les enfants, les hommes et les victimes de la route / Opferberatungsstelle für Kinder und Jungendliche

Rue Hans-Fries 1

Case postale 29

1705 Fribourg

026 305 15 80

LAVI-OHG@fr.ch

Bonnes adresses

Homophobie?

En cas de violences domestiques verbales, psychologiques ou physiques répétées ou non répétez parce que vous êtes une personne LGBTQIA+, contactez:

La Helpline suisse pour les personnes LGBTQI

0800 133 133

lgbt-helpline.ch

Sarigai

sarigai.ch/fr/contact

Le Refuge

Le Refuge Genève

Racisme, islamophobie?

Adresses en cas de racisme

Prévention racisme – Etat de Fribourg

Mobbing ?

Une association suisse est dédiée à la lutte contre le mobbing au travail, il s’agît de la Centrale Suisse contre le Mobbing.

Il existe une permanence juridique qui délivre des conseils en cas de besoin:

Centrale suisse contre le mobbing

Mottastrasse 7
3005 Berne
Mardi et Jeudi: 14h00-16h00
079 899 77 64
info@mobbing-zentrale.ch

Lire la brochure de l’Etat de Fribourg ssp-fribourg.ch

Lire la brochure de l’Etat de Genève qui donne également des informations intéressantes ge.ch

Harcèlement scolaire ou bullying ?

La police cantonale fribourgeoise est la mieux placée pour vous aider en cas de harcèlement à l’école.

Police cantonale fribourgeoise
Route des Arsenaux 3d
+41 26 305 88 20

polizeifr.ch

Cyberharcèlement ?

La police cantonale fribourgeoise est la mieux placée pour vous aider en cas de cyberharcèlement.

Police cantonale fribourgeoise
Route des Arsenaux 3d
+41 26 305 88 20

polizeifr.ch

Violences ?

En cas de violences domestiques verbales, psychologiques ou physiques répétées ou non répétées, contactez:

SOS Femmes battues

Route des Cliniques 17
1700 Fribourg
026 305 29 04

Solidarité Femmes / Centre LAVI

Permanence téléphonique 7 jours sur 7
026 322 22 02

Police cantonale fribourgeoise

Route des Arsenaux 3d
+41 26 305 88 20

polizeifr.ch